Accéder au contenu principal

Catho de gauche? Catho de droite?

En France le catholicisme est victime de nombreuses attaques dans l'ensemble des médias. Pourtant il tient. L'exemple le plus flagrant de cette vie maintenue est sans doute la présence quotidienne de la Croix dans tous les points presse du territoire. Cela atténue un peu dans le contexte actuel le silence assourdissant sur les Chrétiens d'Orient massacrés. Ils ne sont pas totalement oubliés. Le mariage gay comme le nouveau regard gouvernemental sur les écoles hors contrats sont des sources de vives tensions. Pour ce qui est du mariage gay seuls les catholiques sont critiqués dans leur opposition alors que toutes les religions ont été clairement contre, et avec de très nombreuses nuances dans chacune. Mais il y a des réflex pavloviens et de faux clivages. Alors, en pensant par exemple aux pères fondateurs de l'Europe mais plus spécifiquement à notre petite France: catho de gauche ou catho de droite? Saint François d'Assise serait-il de gauche? Saint Escriva de Balaguer de droite? L'évangile à gauche? La Curie de droite? Le Pape Benoît XVI de droite et le Pape François de gauche? La réponse est très simple. Il y a des catholiques de gauche et de droite, au centre, à l'extrême gauche et à l'extrême droite. Dans l'église chacun peut trouver sa place car la diversité est immense. Il y a des cercles concentriques de plus en plus large mais au centre, au milieu, garant d'unité, l'attachement au Christ. Christ en Croix avec ses "branches" hautement symboliques qui vont de bas en haut et de haut en bas, mais surtout celles de gauche à droite ou de droite à gauche avec une grande égalité. Une sorte de rappel permanent à l'unité, à l'essentiel, au coeur. Le catholicisme ne peut se laisser enfermer dans aucun parti politique mais y diffuser ses valeurs au coeur de tous. Il ne peut jamais en être la propriété et réciproquement. Sur des points variés il peut se trouver chez les militants et élus, dans les sensibilités de libres soutiens. L'Abbé Pierre était-il de gauche ou de droite? Il avait le souci des pauvres. L'église est contre le mariage gay, est-ce une position de "gauche" ou de "droite"? N'y t-il pas des craintes justifiées au-delà des aspects affectifs et sexuels? Cela par le risque de dérive libérale dans un individualisme dangereux avec la GPA? Quelle est l'institution qui a crée le mariage? L'église. Qui au moyen-âge a permit une formidable libération des femmes, avec notamment l'amour courtois? L'église. Quel est l'origine du principe de subsidiarité si appliqué dans les instances européennes? L'église. Qui est en tête pour l'accueil de tous les réfugiés? Le Pape...Catho de gauche? Catho de droite? Cela ne veut rien dire. C'est un Président de droite qui s'est fortement opposé à la reconnaissance des racines chrétiennes de l'Europe. Tout est si complexe. L'important est que les valeurs chrétiennes soient défendues partout dans le respect de la Tradition et avec la liberté de conscience de chacun selon sa façon d'appréhender, d'agir en faveur de tel ou tel vote, tendance, parti. Au clergé, aux laïcs engagés (pléonasme) de travailler à l'unité dans la diversité de la communauté catholique. Vaste tâche ou il est essentiel que la personne pauvre soit au coeur des actions, libre et aidée, pouvant se projeter, grandir et choisir elle aussi si pour garder la direction des valeurs chrétiennes elle prendra un chemin de droite ou de gauche. Laudato Si est sans doute, dans cette réflexion, un formidable manuel de survie!

Philippe Sanguinetti, Valbonne, 13 juin 2016

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une anthropologie du Pèlerinage?

Une anthropologie du Pèlerinage?
Ce blog abordera selon une approche systémique l'anthropologie du pèlerinage par la présentation de différents articles. Les pèlerinages chrétiens (Compostelle) et spécialement franciscains (Routes d'Assise) seront privilégiés mais la diversité sera de rigueur (Chartres). Tous les aspects seront abordés: religieux, spirituels, de santé, techniques, politiques, juridiques... Les pèlerinages liés au territoire de la République Française, catholiques, seront, étant donné le contexte de ma position géographique sur la côte d'Azur et de mes connaissances, les plus abordés. Localement, sur le diocèse de Nice seront étudiés ceux de Laghet, de Notre Dame des Fenestre, la Route Royale Nice Turin (anciennement Route du Sel) qui est ponctuée de nombreux sites franciscains (Place Saint-François dans le Vieux-Nice, Monastère de Cimiez, Monastère de Saorge...).
Un sujet sur le pèlerinage touche à bien des points, à commencer déjà par les…

Le pèlerin, un migrant volontaire?

Le pèlerin se rend vers un site spirituel dans le cadre d'un cheminement physique et intérieur spécifique, sur les "pas" d'un saint ou d'une sainte, dans une intention particulière. Le migrant fuit sous la contrainte. Le pèlerin éprouve le besoin d'une coupure féconde lui permettant de trouver plus de paix en lui même. Il peut s'agir d'un appel, d'un besoin mais nous sommes loin des dimensions contraignantes du migrant. Surtout celles que nous découvrons dans les actualités, catastrophiques. Le migrant s'inscrit peu dans une démarche spirituelle même si les destinations sont souvent ciblées sur des territoires aux communautarismes bien établis, spécialement musulmans. Les chrétiens d'Orient, grands oubliés de l'Europe pourtant établie sur des racines chrétiennes, et donc judéo-chrétiennes, fuient les persécutions. Le fond est-il vraiment religieux. On en doute fort. C'est plutôt, sous les couches religieuses de surface…